•  

    Joyeuses funérailles

     

     

    Les Ténèbres dansent,

     

    Dans les rues et les coeurs,

     

    Dévastés par la folie.

     

    L'Homme s'attable, allègrement,

     

    Au banquet de ses funérailles.

     

    Mais qui sèmera le grain?

     

    Qui vendangera le raisin?

     

    L'air vibre de haine...

     

    MCLouvet, 30/09/15


    2 commentaires
  • Le chat , la sorcière et le feu... une longue histoire...

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •  

     

    Malheureux hommes aux larmes prohibées ;

     

    Eux, à qui l'on refuse le droit de laisser,

     

    De leur pauvre cœur blessé, la douleur couler.

     

     

    Descendant lointain de sauvages chasseurs,

     

    On l'aime élégant héro, fier et sans peur.

     

    Mais avez-vous pensé à l'affreuse douleur

     

    Du petit boutonneux à lunettes en pleurs,

     

    Dans ce collège digne d'un film d'horreur ?

     

    Des années durant il fut le souffre-douleur,

     

    Payant le lourd tribut de son âme de fleur.

     

     

    N'être pas un vaillant guerrier en puissance

     

    Est quelque chose qui frise l'indécence.

     

    Et tourner, à Eros, le dos, en souriant ;

     

    En ces temps cruels est périlleux, tout autant.

     

     

    Il est des hommes qui pour toute défense

     

    N'ont qu'amour, musique, la conscience.

     

     

     

    Ainsi qu'ils soient, chevalier au grand cœur,

     

    Esprit libre, charmeur ou poète rêveur,

     

    Il y a, quelque part dans un lointain Ailleurs

     

    Rêvant, attendant tendrement son âme sœur.

     

     

     

    M.C.Louvet

     


    votre commentaire
  • Bons-Hommes et Bonnes Femmes... pas à pas, cherchaient la Lumière

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    Mourir d'amour,

     

    Mourir de rage,

     

    Mais c'est toujours par amour,

     

    Que l'on tue.

     

     

    L'Homme, acteur du pire,

     

    Comme du meilleur,

     

    Se roule dans la fange,

     

    Ou se baigne dans la Lumière.

     

    Mais, il n'est que dans les extrêmes,

     

    Qu'il s'accomplit pleinement.

     

     

    Nous pourrions vivre sur cette planète,

     

    Forts et riches de nos différences,

     

    Mais notre penchant pour la violence,

     

    Et notre orgueil sont immenses.

     

    Descendants de terribles chasseurs,

     

    Nos âmes sont encore teintées de sang.

     

     

    L'émotion nous prend à la gorge,

     

    Paix et Pardon

     

    Sont deux étoiles lointaines.

     

     

     

    Pour ma part, je ne peux

     

    Tendre l'autre joue...

     

     

     

    Marie Christine Louvet

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique