• Plume

     

     

    Légère, diaphane, hésitante,

     Elle plane et se pose au creux

     D'une rude et sensitive vallée .

    Les arbres tressaillent et s'étirent

     Sous la brise effilée de la caresse

     D'un éclair tendrement griffu.

     

     Délicate et mystérieuse exploration,

     Ce pays inconnu appelle le souvenir

     De sensations, esquisses, nuages...

      

     Parfum, frisson en chemin,

     Pays aux robustes collines,

     Sonore, baigné de rires.

     

     Cascades et fourrés,

     Bleu et vert unis à l'horizon,

     Mystère de la nuit étoilée.

    Murmures, lueurs,

     

    Rêves... 

     

    MCLouvet

    « SALOMON MARCHEArkan et Iléa, seconde rencontre, au lac. »

  • Commentaires

    4
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 18:08

    la poésie se décline en arc en ciel, du noir au blanc, bises Domie

    3
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 17:59

    quelle douceur si bien écrite, j’adore,

    bonne soirée

    Domie

    2
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 16:17
    Merci, Flipperine !
    1
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 16:08

    un très joli poème

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :